De fauble est aünez

Description | Médias

Retour aux œuvres musicales

Description

Effectif : Quatuor à cordes.
Création : 15.03.2012 par le quatuor Diotima pour le Festival Ars Musica, Bruxelles.
Source : Commande du festival Ars Musica 2012.
Reprise : Le 15/02.2013, par le Miranda Quartett, Diversi Quartetti Brevi, Berlin.
Partition : Télécharger le fichier pdf
Écouter : Télécharger le fichier mp3

Lire la rencontre avec Claude Ledoux dans le cadre de cette création.

An fabliaus doit fables avoir
si a il, ce sachiez de voir :
por ce est fabliaus apelez,
que de faubles est aünez.

Dans les fabliaux, il doit y avoir des fables
et il y en a, sachez-le en vérité :
c'est pour cela qu'il est appelé fabliau,
parce qu'il est composé de fables.

Douin de Lavesne, Trubert, vv. 1-4

Pour écrire « de faubles est aünez » je me suis penché sur les motets de Guillaume de Machaut (1300-1377) et plus précisément sur les techniques d'écriture de l'Ars nova, sujet auquel je m'intéresse en profondeur depuis près d'un an.

La musique de Machaut a la particularité de mettre en jeu des rapports et décalages complexes entre mélodies et rythmes – ceux-ci chapeautés par une symbolique des nombres sacrés – dans le but de manifester l'existence de Dieu sur terre. Ces nombres sont le reflet d'une perfection divine et leur présence dans la musique de Machaut n'est pas directement audible, mais au contraire nous dépasse, nous transcende dans une sorte de symbolisme temporel. Une des plus remarquables descriptions de la latence de cette présence divine et de sa révélation sur terre est, à ma connaissance, celle qu'en fait Boèce dans sa consolation de Philosophie :  « l'intelligence divine embrasse en même temps la présence tout entière d'une vie sans terme [...], comme la connaissance d'une imminence qui jamais ne disparaît. [...] Cet état présent d'une vie immobile, le mouvement infini du monde temporel l'imite, et puisqu'il ne peut le reproduire et l'égaler, il s'épuise en passant de l'immobilité au mouvement et décroît de l'unicité du présent à la quantité infinie du futur et du passé [...], en se liant à l'espèce de présent de ce moment bref et passager. »

C'est toute une conception du monde et du temps qui s'exprime à travers cette musique. L'écoute qu'elle suscite nous échappe en grande partie aujourd'hui mais elle a été cependant une grande source de fascination et d'inspiration pour les compositeurs depuis une cinquantaine d'années et j'ai voulu à mon tour me plonger dans cet univers et tenter de stimuler ma créativité par la rencontre entre notre monde actuel et la perception que nous avons de celui de Machaut. J'ai donc réutilisé ces idées de proportions rythmiques en y ajoutant un plan harmonique tout à fait étranger à celui que pouvait connaître le 14ième siècle. Celui-ci est issu d'une recherche plus personnelle que je mène sur des modes micro-tonaux, dérivés de la division de différents intervalles en pas égaux. Ces modes proposent une couleur harmonique étonnante et fertilisent par la même occasion la stricte uniformité musicale que j'ai souhaité apporter à mon projet.

Médias

Retour aux œuvres musicales